P. Roussin | Vie des réseaux : Présentation du GDRI | La Lettre de l’InSHS | sept. 2017

Présentation du GDRI dans « Vie des réseaux » de la Lettre d’information SHS du CNRS du mois de septembre 2017 (n°49) par Philippe Roussin

Image de couverture du volume Escribir la democracia. Literatura y transiciones democráticas (siglos XX- XXI) à paraître fin 2017 ou début 2018 aux Presses de la Casa de Velazquez © Pedro Armestre (AFP)

 

GDRI Littérature et démocratie :
perspectives théoriques, historiques et comparatistes (XIXe-XXIe siècles)

Depuis plus d’une trentaine d’années, la littérature fait l’objet d’une attention renouvelée et soutenue de la part des sciences humaines et sociales. Celles-ci la comprennent souvent comme une manière de connaissance ou de savoir social. Elles avancent aussi, parfois, que la littérature se confond avec la multiplicité des récits qui manifestent un accord conventionnel sur la communauté et sur le monde.

La philosophie morale, dans le monde anglosaxon, y voit l’exposé de problèmes moraux ou le lieu exemplaire de l’exposé de ces problèmes. De leur côté, les études et la théorie littéraires — après l’avoir identifiée à la tradition, à son autonomie ou à son accomplissement formel — sont, aujourd’hui, confrontées aux questions de la raison d’être, de la place et de la fonction de la littérature dans l’imaginaire et dans la symbolique culturelle, son statut changeant presque partout dans le monde.

Dans cet intérêt porté à la littérature, il faut souligner l’importance des questions touchant aux liens entre littérature, politique et démocratie. Elles se posent aujourd’hui dans un contexte profondément renouvelé, qui n’est plus celui que définissait l’ancien couple « engagement »/ « autonomie » des années 1950-1970. La question avait commencé d’être soulevée au milieu des années 70, lorsque la démocratie s’était imposée comme une question seconde dans les débats d’époque autour du totalitarisme. Elle a, depuis, pris une dimension nouvelle avec la fin de la guerre froide, les vagues de démocratisation successive intervenues dans le sud de l’Europe, en Amérique Latine et en Asie de l’est au cours des années 70, en Europe de l’est après 1989, en Afrique sub-saharienne ou avec la revendication d’un espace public démocratique dans le cadre des printemps arabes, des révolutions de couleur ou des mouvements d’occupation à partir de 2011.

Dans les périodes troublées, il semble que les effets du politique sur le littéraire se fassent plus immédiatement sentir et soient, en tout cas, plus visibles que dans les périodes de plus grande stabilité. S’agissant des rapports entre démocratie et littérature, la réflexion porte, notamment, sur le rôle de celle-ci dans l’institutionnalisation d’un ou de multiples espaces publics, dans le partage de normes disputées dans le cadre de régimes politiques eux-mêmes divers et dans la construction sociale de l’expérience quotidienne.

[…]

 

Article complet (pp. 12-14) : lettre_info-inshs-49

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *