Calendrier / Schedule | 2016

  • March: meeting in Paris in order to organise the Conference “Censure et littérature en régime démocratique” (Paris, fall 2016)
  • Modernité de la pensée juridique de Voltaire

Journée d’étude internationale organisée dans deux lieux : Cour de Cassation, Paris février 2016 ; Maison Française d’Oxford, juin 2016. Responsables : Nicholas Cronk (Voltaire Foundation), Anne Simonin (MFO)

Voltaire et ses écrits sur la tolérance animent aujourd’hui le débat sur la liberté d’expression. Associer Voltaire et la tolérance revient à accorder une importance centrale à l’une des luttes pour la justice menée par le philosophe : son engagement en faveur de l’innocence du chevalier de La Barre et de Jean Calas (Traité sur la tolérance, 1763). Cet engagement est à l’origine de la mise au point de la forme « affaire » (E. Claverie, « Procès, Affaire, Cause, Voltaire et l’innovation critique », Politix, n° 26, Presses de la FNSP 1994 pp. 76-86 ; id., « La naissance d’une forme politique : l’Affaire du Chevalier de La Barre », in Critique et Affaires de Blasphème à l’Epoque des Lumières, Ph. Roussin ed., Champion, Paris, 1998, pp. 185-260 ; Claverie, E., Boltanski, L., 2007, « Du monde social en tant que scène d’un procès », in Affaires, Scandales et Grandes causes, Offenstadt, N., Van Damme, S. , eds, Paris, Stock, pp 395-452), outil fondamental pour penser les liens existant entre l’application du droit et les étapes de mobilisation de l’opinion publique pour dénoncer l’injustice d’un verdict. Cet engagement et ses modalités n’épuisent cependant pas la modernité de la pensée juridique de Voltaire. C’est ce que le dispositif ici proposé entend démontrer. Associant la Voltaire Foundation (Nicholas Cronk), la Maison Française d’Oxford (Anne Simonin) en Angleterre, la Cour de Cassation à Paris, une journée d’étude internationale, en deux volets, sera organisée à Paris, à la Cour de Cassation, à Oxford, à la Maison Française.

1. A la Cour de Cassation : la récente acquisition de certaines des archives de Jean- Étienne-Marie Portalis a permis de retrouver un document essentiel : les annotations de Voltaire sur une Consultation célèbre du jeune Portalis concernant la validité des mariages protestants (1770). Cette journée sera donc organisée autour de l’étude de ce document en mettant en valeur la singularité de la pensée de Voltaire sur une question qui constitue un des lieux communs du parti des réformateurs de la justice de l’Ancien Régime.

2. A Oxford : l’idée est de centrer la réflexion sur la pensée juridique et la poursuite de l’engagement du dernier Voltaire en faveur de la justice, cet engagement dût-il être incompris de l’opinion publique et faire de Voltaire le champion des causes perdues. Cette journée sera l’occasion de dresser le panorama de l’ensemble des écrits de Voltaire sur la justice publiés dans les Œuvres complètes par la Voltaire Fondation, de revenir sur l’archéologie de la forme affaire en présence d’Élisabeth Claverie, d’interroger des causes méconnues (Nicholas Cronk, l’affaire Malagrida, 1761) et de rassembler une table-ronde pour discuter d’une cause perdue, l’affaire Morangiès de 1772-1773 en faisant appel à des littéraires (le spécialiste John Renwick), des historiens (Keith Baker pour l’opinion publique au XVIIIe siècle, Anne Simonin pour défendre le point de vue de Morangiès innocent) mais aussi un mathématicien pour lire l’Essai sur les probabilités en fait de justice et les Nouvelles probabilités en fait de justice (1772).

  • Fall 2016 : Plenary session of the teams members
  • Censure et littérature en régime démocratique : enjeux et effets d’une fin de non recevoir

Colloque international organisé à Paris, automne 2016 Responsables : Catherine Brun, Université de la Sorbonne Nouvelle ; Philippe Daros, Université de la Sorbonne Nouvelle & Philippe Roussin, CNRS-MFO & Wadham College, Oxford

La démocratie est libérale. Idées et écrits devraient pouvoir y circuler et s’y échanger sans entraves. Pourtant, la démocratie n’ignore pas la censure, que celle-ci soit juridique et prévienne ou limite la diffusion des ouvrages de l’esprit, qu’elle procède par saisies confiscatoires ou qu’elle prenne les formes, plus insidieuses, de la censure par le silence. Alors, la littérature n’est littéralement pas reçue. C’est à examiner les formes et les enjeux de cette fin de non recevoir que ce colloque s’attachera pour tenter de faire apparaître ce qu’elle modifie en matière de création : quelles autocensures ? Quels contournements ? Quels cryptages ? Quelles surenchères ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.