Séminaire Littérature et démocratie : Approches théoriques, comparatives et historiques / année 2021-2022/ Les formes littéraires en démocratie (XIXe-XXIe siècles)

Année 2021 – 2022 – 23 février 2022 – 1er juin 2022 – mercredi 17:30-19:30.
EHESS, 54, Boulevard Raspail 75006 Paris (Salle B2-018)

Attention ! En raison de la situation sanitaire, inscriptions préalables : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=898

Responsables : Dominique Dupart, Maîtresse de conférences, Université de Lille et Philippe Roussin, Directeur de recherche émérite, CNRS.


23 février 2022 – Séance introductive : Dominique Dupart, Université de Lille et Philippe Roussin, CRAL, CNRS/EHESS

2 mars 2022Dominique Dupart, Université de Lille – « Littérature médiatique et combat démocratique (XIXe siècle) »

9 mars 2022 Philippe Roussin CRAL, CNRS/EHESS « Vu de France : démocratie et littérature  de Tocqueville à Sartre (et après)»

16 mars 2022Philippe Daros, Université de la Sorbonne nouvelle – « Olga Tokarczuk : littérature démocratique et nouvelles formes narratives »

23 mars 2022Yolaine Escande, CRAL, CNRS/EHESS – « Expression artistique et réseaux sociaux en Chine contemporaine. Le cas de Zhang Dongning, ou la critique sociale et idéologique en régime non démocratique »

30 mars 2022 –  Geneviève Fraisse, CRAL, CNRS/ EHESS – « L’amour au lendemain de la Révolution » (De L’amour de Stendhal et La muse de la raison)

6 avril 2022Alain Vaillant, Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Nanterre  – « Rire et démocratie »

13 avril 2022Dominique Dupart, Université de Lille – « Critique littéraire et démocratisation de l’espace public (XXe-XXIe siècles). »

20 avril 2022Mathilde Roussigné, Post-doctorante, Université Paris Sorbonne Nouvelle (THALIM) – « Invisibilité et voix dans la littérature contemporaine »

18 mai 2022Philippe Roussin, CRAL, CNRS/EHESS  – «  Une conception démocratique de l’art : Etats-Unis, années 1930 »

25 mai 2022 – Séance finale : discussion générale avec les étudiant(e)s

11 mai 2022 – Séance annulée et remplacée par une discussion débat avec Mohamed Mbougar Sarr, Prix Goncourt 2021 pour La plus secrète mémoire des hommes, Campus Condorcet, précédée d’une demi-journée d’études.

18 mai 2022 – Pascal Engel, EHESS – « Bêtise, raison et démocratie : Joyce, Musil Kraus ».

25 mai 2022Philippe Roussin, CRAL, CNRS/EHESS  «  Une conception démocratique de l’art : Etats-Unis, années 1930 »

1er juin 2022 – Séance finale : discussion générale avec les étudiant(e)s

 

 

Colloque / Expériences du choc : littérature et crises de la démocratie / 4 juin 2021

 

Experiencias del Shock. Literatura y crisis democráticas

Ce colloque en ligne organisé par Aix-Marseille Université, le Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL-CNRS/EHESS) / GDRI Littérature et démocratie et l’Universidad Autónoma de Madrid aura lieu le 4 juin 2021. Avec le soutien de l’UMR TELEMMe (AMU-CNRS), de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Organisateurs

  • Agnès Delage, AMU, Aix-en-Provence
  • Jesús Izquierdo Martín, Universidad Autónoma de Madrid
  • Philippe Roussin, CRAL-CNRS/EHESS

Contact

Programme 

Vendredi 4 juin 2021 – Expériences du choc : littérature et crises de la démocratie

Matin (10h00 – 13h00)

  • 10:00 – 10:30 : German Labrador (Princeton University, Etats-Unis): « De la literatura en la imaginación de la ciudad post-democrática »
  • 10h 30– 11h : David Becerra (Universidad Autónoma de Madrid) :  « Literatura transitiva y literatura intransitiva: dos maneras de narrar la revolución »
  • 11h00 – 11h30 : Annick Louis (Université de Besançon, CRAL) : « Encuesta y verdad »

Pause et séance de questions

  • 12h00 – 12h30 : Fan-Ting Cheng (National Taiwan University, Taïwan) : « The Paradox of Transitional-Justice Theater: The Theatrical Ethics of Dark Eyes Performance Lab’s Too Many Dreams in One Night »
  • 12h30 – 13h00 : Jesús Izquierdo Martín (Universidad Autónoma de Madrid ) : « Literatura de una sociedad desleída.  Memoria comunitaria para una sociedad postdemocrática »

Après-midi  (15:00 – 17:00)

  • 15h00 – 15h30 : Philippe Roussin (CRAL-CNRS/EHESS) :  « What is a public letter writer? »
  • 15h30 – 16h00: Sonia Fitouri-Zlitni (Université de Tunis):  « La démocratie à l’épreuve de l’environnement dans L’Amas ardent de Yamen Manaï: le spectre de la crise»
  • 16h00 – 16hh30 : Matthias Kern (Université de Dresde) :  « Participación democrática y crisis de la representación literaria : la novela populista (« roman populiste », 1929-1935) y la colección Raconter la vie (2014-2017) »
  • 16h30 – 17h00 : Agnès Delage (Aix Marseille Université): « Imaginarios de la democracia imperfecta y apologías de la normalidad democrática en España ».

Présentation

L’ampleur et le poids nouveaux de la crise des démocraties actuelles ont appelé des diagnostics qui en soulignent la gravité sans précédent. Outre la menace d’un « retour des années 30 », il s’agirait bien d’une mutation décisive du néo-libéralisme actuel, qui produirait une « sortie de la démocratie ». Désormais vidée de sa substance, la démocratie serait paradoxalement entrée en régime de « dé-démocratisation » selon W. Brown, voire dans une phase de « postdémocratie ». Cet âge de l’après, qui est celui des démocraties « illibérales », voire des « démocratures autoritaires », semble se structurer autour d’un vide central, puisque la démocratie apparaît dorénavant « sans le peuple », c’est-à-dire privée de son sujet politique collectif et de l’expression plurielle des subjectivités démocratiques. Toutefois, sous la pression d’une prise de conscience récente des dangers immédiats d’une crise climatique globale, c’est la nécessité de nouveaux engagements collectifs qui s’impose et qui fait surgir de nouveaux imaginaires et de nouvelles représentations des biens communs.

Lorsque les représentations, les modes de délibération et d’expression démocratiques sont à ce point en crise, la littérature participe encore plus directement à cette mise en tension et à la reconfiguration des significations imaginaires communes. Cependant, comment les récits littéraires peuvent-il intervenir dans un cadre discursif public désormais essentiellement dominé, comme l’a dit Manuel Castells par des dispositifs de mass self communication, communication individuelle de masse ? Comment le champ littéraire récent prend-il acte de nouvelles formes d’intervention publiques du « peuple » ?

 De nombreux auteurs contemporains prennent position et revendiquent l’urgence démocratique de la littérature en temps de crise. La littérature contemporaine explore alors de nouvelles voies pour réinventer et réinstaurer des régimes de visibilité démocratique et de communauté. Les vulnérabilités, mais aussi la capacité à agir ou à mettre en partage à partir de situations de fragilité, sont au centre de nouveaux champs d’études à la croisée entre littérature et sciences sociales. Ils ouvrent de nouvelles lignes de partage de la parole démocratique dans le champ littéraire, tout en s’inscrivant dans une histoire longue.

Notre colloque propose de prendre pour point de départ les formes contemporaines de l’engagement littéraire en contexte de crise. « Documenter le réel », « faire mémoire », c’est-àdire donner ou rendre la parole, qui semblent aujourd’hui les paradigmes dominants dans le champ littéraire contemporain peuvent ainsi faire l’objet d’approches contrastives et critiques. Ils répondent à la fonction même de la littérature, mais on doit aussi se demander s’ils ne trahissent pas aussi un déficit de réflexivité et une absence de l’imagination littéraire considérée comme élément de la rationalité publique ou comme imagination publique. Il s’agira alors d’observer comment ce type d’imaginaires littéraires qui organisent des formes de défense d’idéaux démocratiques peuvent générer parfois des modalités complexes d’élision du sens historique et des conflits politiques.

 La littérature contemporaine peut aussi prendre un parti radicalement critique contre la démocratie et questionner le principe même de la représentation démocratique, comme le fait par exemple en France, Michel Houellebecq. Enfin, il faudra prendre en compte un contexte général que Martha Nussbaum a appelé un régime « crise silencieuse » du fait littéraire lui-même : la mise en question de la valeur de la littérature comme fiction d’apprentissage démocratique ou de sa capacité à figurer une communauté d’égaux. Ces possibles actuels de l’intervention de la littérature dans ce que Manuel Vázquez Montalbán appelait « la construction de la cité démocratique » feront l’objet d’une réflexion commune, menée par les chercheurs du GDRI Littérature et démocratie.

Principaux axes de réflexion 

  • Dire la crise démocratique
  • La littérature comme engagement démocratique
  • La littérature contemporaine et l’imaginaire commun
  • Approches critiques des paradigmes contemporains
  • Quels écrivains contre la démocratie ?

***

Partiendo de la reflexión de Walter Benjamin sobre la modernidad como “lo vivido a través de la «experiencia » del shock”[1] abordaremos desde una perspectiva internacional las relaciones entre literatura y crisis democráticas en un encuentro virtual organizado por la Universidad Autónoma de Madrid, la Casa de Velázquez (EHEHI) y la Universidad Aix Marsella (MMSH), en el marco del grupo GDRI del CNRS / EHESS.

La reciente amplitud y el nuevo peso de la crisis de las democracias actuales han exigido diagnósticos que pongan de relieve su gravedad sin precedentes. Además de la amenaza del «retorno a los años 30», se trata de una transformación decisiva del actual neoliberalismo, que daría lugar a una «salida de la democracia». Actualmente submergida desde 2020 en una crisis sanitaria global sin precedente, la democracia habría entrado paradójicamente, según W. Brown, en un régimen de «des-democratización» e incluso en una fase de «pos-democracia». Esta era del después, la de las democracias «iliberales», e incluso de los «demócratas autoritarios», parece estructurarse en torno a un vacío central: la democracia aparece ahora «sin el pueblo», es decir, privada de su sujeto político colectivo y de la expresión plural de subjetividades democráticas.

Con todo, bajo la presión de la toma de conciencia reciente de los peligros inmediatos procedentes de una crisis climática global, se impone la necesidad de nuevos compromisos colectivos y surgen nuevos imaginarios y nuevas representaciones del bien común. Si las representaciones, los modos de deliberación y de expresión democráticas entran en crisis, la literatura participa todavía más directamente en esta tensión y en la reconfiguración de los imaginarios colectivos. Sin embargo, ¿cómo pueden intervenir las narraciones literarias en un marco discursivo público dominado ahora esencialmente, como ha planteado Manuel Castells, por dispositivos de mass self communication, la comunicación individual de masas? ¿Cómo puede el actual campo literario tomar nota de las nuevas formas de intervención pública del «pueblo»?

Muchos autores contemporáneos se posicionan y reivindican que es urgente en términos democráticos considerar la concurrencia de la literatura en tiempos de crisis. La literatura contemporánea explora nuevas vías para reinventar y reinstaurar regímenes de visibilidad democrática y de comunidad. Las vulnerabilidades, pero también la capacidad de actuar o de compartir situaciones de fragilidad, están en el centro de nuevos territorios de estudio en los que concurren, atravesándose, literatura y ciencias sociales. Abren nuevas líneas para compartir la palabra democrática en el campo literario, si bien se inscriben en una larga historia.

Este encuentro internacional propone tomar como punto de partida las formas contemporáneas del compromiso literario en un contexto de crisis. «Documentar lo real», «hacer memoria», es decir, dar o hacer la palabra -paradigmas dominantes en el campo literario contemporáneo-pueden ser objeto de enfoques críticos, materia de contraste. Responden a la función misma de la literatura, pero también habrá que preguntarse si no adolecen de un déficit de reflexividad y de una ausencia de imaginación literaria, considerada como resultado de la racionalidad pública o de la imaginación pública.

Se trata entonces de observar cómo este tipo de imaginarios literarios, que pueden organizar formatos de defensa de los ideales democráticos, consiguen a veces generar modalidades complejas de elección del sentido histórico y de los conflictos políticos. La literatura contemporánea puede tomar también partido por una crítica radical contra la democracia y cuestionar el principio mismo de la representación pluralista como hace, por ejemplo, en Francia, Michel Houellebecq. Por último, habrá que tener en cuenta el contexto general que Martha Nussbaum ha denominado «crisis silenciosa» del mismo hecho literario: poner en cuestión el valor de la literatura como ficción de aprendizaje democrático o su capacidad para figurar una comunidad de iguales.

Estas posibilidades actuales de intervención literaria, eso que Manuel Vázquez Montalbán llamaba «la construcción de la ciudad democrática», serán el objeto de reflexión común de los investigadores de la GDRI Literatura y Democracia.

[1] Walter Benjamin, “Sobre algunos motivos en Baudelaire”, Traducción española de Alfredo Brotons Muñoz en Obras, I, 2, pp. 204-260, Madrid, Abada, 2008

 

Séminaire Littérature et démocratie : Approches théoriques, comparatives et historiques  (XIXe-XXIe siècles) / année 2020

Séminaire Littérature et démocratie : Approches théoriques, comparatives et historiques  (XIXe-XXIe siècles)

Année 2019-2020

EHESS. Salle 13, 105 bd Raspail, 75006 Paris. 18 heures-20 heures

Responsables : Catherine Brun, Professeur de littérature et théâtre de langue française XXe-XXIe siècles (Université Sorbonne Nouvelle), Dominique Combe, Professeur de littérature française et de théorie littéraire (Ecole Normale Supérieure), Philippe Roussin, directeur de recherche (CNRS) et Sebastian Veg, Directeur d’études (EHESS)

15 janvier 2020 :

Philippe Roussin (CNRS, CRAL) – Séance introductive (1) 

22 janvier 2020 

Pap Ndiaye (Sciences Po) -« Littérature et politique pendant la Harlem Renaissance »

29 janvier 2020 

Judith Lyon-Caen (EHESS) et Mathieu Roger Lacan (doctorant EHESS) – « Refouler, enfouir, oublier : juin 1848, décembre 1851 »

5 février 2020

Séance introductive (2)  Sebastian Veg (EHESS) et Médéric de Fenoyl  (étudiant M 2 EHESS) « L’œuvre de William Blake : écrire la musique,pratiquer la démocratie »

12 février 2020

Agnès Delage (Aix-Marseille Université) – « Non fiction et fausse vérité.Pour une approche critique de la non-fiction contemporaine chez Javier Cercas »

26 février 2020

 Workshop avec les étudiants

4 mars 2020

 Jean-Marie Schaeffer (CNRS, EHESS) – « Hermann Broch entre modernisme romanesque et théorie de la folie des masses »

 11 mars 2020

Emmanuel Bouju (Université Sorbonne Nouvelle, IUF) – « Récits de la dette et Credit Crunch de la démocratie »

18 mars 2020

Antoine Lilti (EHESS) – « Un espace public sensible ? La littérature sentimentale et les droits humains »

25 mars 2020

Marc Crépon (CNRS, ENS) – « Politique du roman. Une page de Proust »

1er avril 2020

Séance finale débat et discussion des travaux des étudiant(e)s

 

 

 

 

 

 

 

Escribir la democracia Literatura y transiciones democráticas

Anne-Laure Bonvalot, Anne-Laure Rebreyend et Philippe Roussin (dir.)

Collection de la Casa de Velázquez, 2019

Cet ouvrage questionne la place et le rôle de la littérature dans les processus de transition de la troisième vague démocratique des années 1974-2005, depuis les transitions latino-américaines des années 1980 jusqu’aux expériences les plus récentes des révolutions démocratiques des printemps arabes. Les études de spécialistes venus de disciplines et d’horizons culturels divers (France, Espagne, Portugal, États-Unis, Royaume-Uni) permettent de saisir à l’échelle globale les mutations contemporaines des enjeux de la démocratisation dans le champ littéraire, et explorent la construction politique d’un monde commun dans l’expérience de la littérature.

Table des matières

Lire l’ouvrage

 

AàC I Littérature et crises de la démocratie I Madrid I 25-26 mai 2020

GDRI CNRS  LITERATURE AND DEMOCRACY (XIXTH- XXI St CENTURIES) : THEORETICAL, HISTORICAL AND COMPARATIVE APPROACHES

Appel à communications pour le colloque international “Littérature et crises de la démocratie” 25-26 mai 2020 / Université Autonome de Madrid (UAM) / Casa de Velázquez / Madrid

Comité Scientifique

Agnès Delage (Aix Marseille Université), Jesus Izquierdo (Universidad Autónoma de Madrid) et Philippe Roussin (CRAL, CNRS-EHESS)

Brève présentation de 10 lignes max à retourner AVANT LE 20 DÉCEMBRE 2019 à

Agnès Delage : agnes.delage@gmail.com, Jesus Izquierdo : jesus.izquierdo@uam.es, Philippe Roussin : philippe.roussin@ehess.fr

TÉLÉCHARGER L’APPEL DÉTAILLÉ (PDF)

L’ampleur et le poids nouveaux de la crise des démocraties actuelles ont appelé des diagnostics qui en soulignent la gravité sans précédent. Outre la menace d’un « retour des années 30 », il s’agirait bien d’une mutation décisive du néo-libéralisme actuel, qui produirait une « sortie de la démocratie ». Désormais vidée de sa substance, la démocratie serait paradoxalement entrée en régime de « dé-démocratisation » selon W. Brown, voire dans une phase de « post-démocratie ». Cet âge de l’après, qui est celui des démocraties « illibérales », voire des « démocratures autoritaires », semble se structurer autour d’un vide central, puisque la démocratie apparaît dorénavant « sans le peuple », c’est-à-dire privée de son sujet politique collectif et de l’expression plurielle des subjectivités démocratiques. Toutefois, sous la pression d’une prise de conscience récente des dangers immédiats d’une crise climatique globale, c’est la nécessité de nouveaux engagements collectifs qui s’impose et qui fait surgir de nouveaux imaginaires et de nouvelles représentations des biens communs.

Lorsque les représentations, les modes de délibération et d’expression démocratiques sont à ce point en crise, la littérature participe encore plus directement à cette mise en tension et à la reconfiguration des significations imaginaires communes. Cependant, comment les récits littéraires peuvent-il intervenir dans un cadre discursif public désormais essentiellement dominé, comme l’a dit Manuel Castells par des dispositifs de mass self communication, communication individuelle de masse ? Comment le champ littéraire récent prend-il acte de nouvelles formes d’intervention publiques du « peuple » ?

De nombreux auteurs contemporains prennent position et revendiquent l’urgence démocratique de la littérature en temps de crise. La littérature contemporaine explore alors de nouvelles voies pour réinventer et réinstaurer des régimes de visibilité démocratique et de communauté. Les vulnérabilités, mais aussi la capacité à agir ou à mettre en partage à partir de situations de fragilité, sont au centre de nouveaux champs d’études à la croisée entre littérature et sciences sociales. Ils ouvrent de nouvelles lignes de partage de la parole démocratique dans le champ littéraire, tout en s’inscrivant dans une histoire longue.

Notre colloque propose de prendre pour point de départ les formes contemporaines de l’engagement littéraire en contexte de crise. « Documenter le réel », « faire mémoire », c’est-à-dire donner ou rendre la parole, qui semblent aujourd’hui les paradigmes dominants dans le champ littéraire contemporain peuvent ainsi faire l’objet d’approches contrastives et critiques. Ils répondent à la fonction même de la littérature, mais on doit aussi se demander s’ils ne trahissent pas aussi un déficit de réflexivité et une absence de l’imagination littéraire considérée comme élément de la rationalité publique ou comme imagination publique. Il s’agira alors d’observer comment ce type d’imaginaires littéraires qui organisent des formes de défense d’idéaux démocratiques peuvent générer parfois des modalités complexes d’élision du sens historique et des conflits politiques.

La littérature contemporaine peut aussi prendre un parti radicalement critique contre la démocratie et questionner le principe même de la représentation démocratique, comme le fait par exemple en France, Michel Houellebecq. Enfin, il faudra prendre en compte un contexte général que Martha Nussbaum a appelé un régime « crise silencieuse » du fait littéraire lui-même : la mise en question de la valeur de la littérature comme fiction d’apprentissage démocratique ou de sa capacité à figurer une communauté d’égaux.

Ces possibles actuels de l’intervention de la littérature dans ce que Manuel Vázquez Montalbán  appelait « la construction de la cité démocratique » feront l’objet d’une réflexion commune, menée par les chercheurs du GDRI Littérature et démocratie.

Principaux axes de réflexion :

  • Dire la crise démocratique
  • La littérature comme engagement démocratique
  • La littérature contemporaine et l’imaginaire commun
  • Approches critiques des paradigmes contemporains
  • Quels écrivains contre la démocratie ?

 

Programme I Colloque international “Littérature et Démocratie où comment lire l’Histoire autrement” I Tunis I 18-19 avril 2019

Organisé dans le cadre de l’Unité de recherche imaginaire méditerranéen et interculturalité, approches comparées et du GDRI CNRS Littérature et démocratie (XIXe-XXIe). En partenariat avec l’académie des sciences, des lettres et des arts Beit-Al-Hikma.

Université de Tunis, 18-19 avril 2019.

Comité d’organisation :

Sonia FITOURI-ZLITNI, Kmar BENDANA, Salah DEGANI, Sihem SIDAOUI, Dorra BASSI

Comité scientifique :

Kmar BENDANA (ISHTC), Catherine BRUN, (ParisIII, Sorbonne nouvelle), Mounira CHAPOUTOT, (Université de Tunis), DAROS Philippe, (ParisIII, Sorbonne nouvelle), Kamel GAHA,(Université El Manar, ISSHT), FITOURI-ZLITNI Sonia, (Université de Tunis, FSHST),Latifa LAKHDAR (Université de Tunis, FSHST), Inès MRAD DALI (EHESS), Mohamed-Salah OMRI, (University of Oxford, St. John’s College), Philippe ROUSSIN, (CNRS), Sebastian VEG (EHESS).

Argumentaire

Depuis plusieurs décennies, la question de la légitimation de l’Histoire comme récit véridique, totalisant et scientifique fait l’objet d’une sérieuse interrogation. Les relations entre Histoire et Littérature sont, par là-même, redéfinies. Loin de raviver le « vieux débat » qui consisterait à confronter le récit romanesque et le récit historique, l’intelligence du passé a besoin d’écriture au sens littéraire du terme et la littérature a besoin de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la psychologie…Il nous a paru judicieux d’étudier, lors de ce colloque, les rapports entre Histoire et Littérature comme voies d’accès complémentaires au passé et réfléchir sur les différents modes de production des récits (fictionnels et/ou historiographiques) qui informent de façon spécifique les réalités qui les sous-tendent.

 

CfP I Literature and Democracy, or How to Read History Otherwise I Tunis I 18-19 April 2019

L’UNITÉ DE RECHERCHE IMAGINAIRE MEDITERRANÉEN ET INTERCULTURALITÉ. APPROCHES COMPARÉES

AND

GDRI CNRS LITERATURE AND DEMOCRACY (XIXTH– XXI St CENTURIES):

THEORETICAL, HISTORICAL AND COMPARATIVE APPROACHES

ORGANISE

AN INTERNATIONAL CONFERENCE

Literature and Democracy, or How to Read History Otherwise

18-19 April 2019

University of Tunis/ FSHST

and

Academy of Sciences, Letters and Arts Beit-Al-Hikma

I try to rewrite history in order to reflect the point of view of people who have been excluded, because the history we’ve had up to now has only been the history seen from on high, history from the point of view of politicians, generals, militarists and industrialists…

Howard Zinn

Over the past few decades, the legitimising of History as a truthful, totalising and scientific narrative has been seriously questioned. By this fact alone, the relations between History and Literature are being redefined. Far from bringing back the “old debate” that consists of confronting novelistic narrative and historical narrative, intelligence of the past is in need of writing in the literary sense of the term, just as literature is in need of history, sociology, anthropology, psychology, etc. At this conference, it seems to us judicious to study the relations between History and Literature as complementary channels of access to the past and to reflect on the various modes of production of narratives (fictional and/or historiographic) that specifically inform the realities underlying them.

This call for papers is restricted to the members of the GDRI

Continuer la lecture

AàC I Littérature et Démocratie où comment lire l’Histoire autrement I Tunis I 18-19 avril 2019

L’UNITÉ DE RECHERCHE IMAGINAIRE MEDITERRANÉEN ET INTERCULTURALITÉ. APPROCHES COMPARÉES

ET

GDRI CNRS LITERATURE AND DEMOCRACY (XIXTH– XXI St CENTURIES):

THEORETICAL, HISTORICAL AND COMPARATIVE APPROACHES

ORGANISENT

UN COLLOQUE INTERNATIONAL

Littérature et Démocratie où comment lire l’Histoire autrement

18-19 avril 2019

Université de Tunis/ FSHST

et

Académie des Sciences, des Lettres et des Arts Beit-Al-Hikma

J’essaie de réécrire l’histoire afin de refléter le point de vue de ces gens qui ont été exclus; parce que l’histoire que nous avons jusqu’à présent n’a été que l’histoire vue d’en-haut, l’histoire du point de vue des politiciens, des généraux, des militaristes et des industriels…

Howard Zinn

Depuis plusieurs décennies, la question de la légitimation de l’Histoire comme récit véridique, totalisant et scientifique fait l’objet d’une sérieuse interrogation. Les relations entre Histoire et Littérature sont, par là-même, redéfinies. Loin de raviver le « vieux débat » qui consisterait à confronter le récit romanesque et le récit historique, l’intelligence du passé a besoin d’écriture au sens littéraire du terme et la littérature a besoin de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la psychologie…Il nous a paru judicieux d’étudier, lors de ce colloque, les rapports entre Histoire et Littérature comme voies d’accès complémentaires au passé et réfléchir sur les différents modes de production des récits (fictionnels et/ou historiographiques) qui informent de façon spécifique les réalités qui les sous-tendent.

Cet appel à communications est réservé aux membres du GDRI

Continuer la lecture

Séminaire / Seminar 2018-2019

Séminaire Littérature et démocratie : approches théoriques, historiques et comparatives (XIXe-XXIe siècles)

Le séminaire est ouvert aux doctorants et étudiants de M2 de l’ENS, de l’EHESS et de Littérature Générale et Comparée comme de Littérature et langue françaises de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Il est coorganisé par

  • Catherine Brun, professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle
  • Dominique Combe, professeur à l’ENS
  • Philippe Daros, professeur à l’Université Sorbonne-Nouvelle
  • Philippe Roussin, directeur de recherche au CNRS (CRAL)
  • Sebastian Veg, directeur d’études de l’EHESS (CCJ-CECMC )

Les séances se déroulent à l’EHESS – Mercredi de 17 h à 19 h (105 bd Raspail 75006 Paris ; salle 13)

Depuis une vingtaine d’années, la réflexion sur les liens entre la littérature et la démocratie se pose dans un contexte doublement redéfini : 1- la théorie et l’histoire littéraires sont désormais confrontées aux questions de la raison d’être, de la place et de la fonction de la littérature dans la symbolique culturelle et sociale ; 2- la littérature fait l’objet d’un nouveau type de questionnement de la part des sciences humaines et sociales. Par ailleurs, les réflexions en cours sur la démocratie permettent d’interroger le rapport entre littérature et politique, dans un contexte qui n’est plus celui de la dichotomie engagement – autonomie.

Continuer la lecture