AàC | Littérature, Démocratie et Justice transitionnelle | Oxford | 7 janv. 2018

GDRI Littérature et démocratie (XIXe – XXIe siècles) : approches théoriques, historiques et comparatives

 

Colloque International
LITTÉRATURE, DÉMOCRATIE ET JUSTICE TRANSITIONNELLE
18, 19, & 20 MARS 2018
ST JOHN’S COLLEGE et MAISON FRANÇAISE D’OXFORD
OXFORD

 

Cet appel à communications est réservé aux membres du GDRI

 

La justice transitionnelle est un phénomène relativement nouveau qui a paru émerger subitement, au tournant des années 80, à la fin de la Guerre Froide. L’émergence massive des justices transitionnelles au niveau international a, pour cette raison, pu être décrite en termes de « Justice cascade » de nature à la fois culturelle, politique et juridique (K. Sikkink, 2011). Alors que ses origines juridiques sont à chercher, selon les spécialistes, dans la justice d’après guerre de Nuremberg (imprescriptibilité des crimes) et ses origines historiques en Argentine (1983) (avec des précédents en Grèce et au Portugal), elle a surtout été mise en œuvre dans les anciennes colonies et dans les démocraties émergentes en Europe de l’Est, en Afrique du sud, et dans certaines parties de l’Afrique et du Moyen Orient. Elle a, d’abord, été mise en place en Argentine puis au Chili après la chute des dictatures militaires, dans le contexte de ce qu’on a nommé la « troisième vague de démocratisation» et des réflexions visant à organiser la transition des régimes dictatoriaux vers des régimes démocratiques. 

Il est peut-être plus aisé de comprendre la relation entre démocratie et justice transitionnelle quand on découple les deux concepts. Dans un grand nombre de cas, en effet, elles ne coïncident pas. Il existe des situations de démocratisation sans justice transitionnelle (Espagne, diverses parties de l’Europe de l’Est par exemple), des exemples de justice transitionnelle sans démocratisation (des tentatives d’amnistie et des expériences de réconciliation ont été tentées en Algérie et au Maroc, sans qu’une
démocratisation les accompagne) ou, comme dans le cas de Taïwan, des situations où un souci de justice transitionnelle apparaît longtemps après la transition démocratique. Le risque est grand, en outre, de voir les exemples couronnés de succès (comme en Amérique latine) érigés au rang de modèles de justice transitionnelle applicables sans égard à la nature spécifique des situations nationales (S. Vieille, 2012 ; K. Andrieu, 2012 ; Buckley-Zistel, 2014).

La justice transitionnelle a été conçue comme un outil de nature à permettre à des sociétés de parvenir à une paix durable et juste et à la démocratie. Elle a, d’abord, été une réponse à la violation systématique et massive des droits de l’homme. Davantage que la punition, elle vise la réconciliation nationale (un terme qui fait, lui aussi, partie du nouveau vocabulaire de la transition ; Andrieu, 2012) et elle a pour horizon la reconstruction d’une société politique après la violence. Elle repose sur le droit à la justice et sur le droit à la vérité. Regarder le passé en face : elle fait de la confrontation aux crimes passés et de la mise en forme de la mémoire de ce passé, l’élément central d’une transformation politique réussie. La pratique effective de la justice transitionnelle n’en a pas moins suscité de vives critiques lorsqu’elle a été mise en place à l’échelle locale. La CONADEP (Argentine) a, par exemple, été critiquée (notamment depuis le champ littéraire) comme une forme de normalisation politique abusive des victimes (cf. la teoria de los dos demonios) (J. Commaille, 2007).

Les relations entre la justice et la littérature – cette mise en scène de l’interlocution humaine où les hommes se portent accusation, plaident, témoignent et jugent – sont anciennes. On dispose de nombreux travaux importants sur les liens entre écriture et régimes autoritaires, fondés sur des études de cas réalisées, en particulier, en Europe, en Amérique latine et en Afrique du Sud. Lorsqu’une société se libère d’un régime autoritaire et du monopole en matière la vérité qu’il exerçait, chacun a le sentiment d’avoir droit à sa propre vérité. M. Pensky affirme que la littérature/ l’écriture) devient une route permettant de poursuivre la vérité et la justice. L’écriture et le désir d’écrire deviennent essentiels – en tant que formes de représentation des droits, de plaidoyer pour la justice, pour poser des revendications de vérité ou contre-argumenter. L’écriture est considérée comme participant à l’effort visant à prévenir un retour de la dictature. Elle témoigne également pour les outrages subis. Les écrivains concourent à la recherche de la justice lorsqu’ils orientent la mémoire collective, contribuent à l’élaboration d’une nouvelle mémoire collective et résistent à l’amnésie.

Le témoignage et le récit ont été au cœur des différentes commissions de vérité et de réconciliation qui ont existé (enquêtes sur le passé, révélations des faits, ouvertures des archives, identification des disparus, narrations des expériences vécues). Récits et reconstitution narrative des crimes devaient permettre d’établir les faits, de concourir à l’établissement de la vérité et faire droit aux souffrances des victimes. Ils visaient aussi à accorder les individus sur un récit du passé, à articuler dans l’espace public de nouvelles représentations de la violence subie, en même temps qu’ils posaient la question de la réécriture d’une histoire officielle et manipulée. Une littérature est née, qui aborde ces questions selon une temporalité et selon des enjeux qui lui sont propres, hors des enceintes de la justice transitionnelle stricto sensu. Rappelons que la première commission vérité et réconciliation a été présidée, en Argentine, par un écrivain, Ernesto Sabato.

Outre sa fonction cathartique et thérapeutique, maintenant bien documentée, outre la forme de lutte que l’écriture peut représenter, la recherche a mis en exergue d’autres rôles essentiels de cette littérature. L’écriture peut être considérée comme une manière de fixation et de condensation des souvenirs sous la forme d’une représentation concrète, une sorte de temple (au sens muséographique du terme, Rosanne Kennedy, 2014). Elle peut être un vestige à la manière de ces objets-mémoire que peuvent devenir un instrument de musique, un journal personnel ou des photographies de famille (Magdalena Zolkos, 2014) Elle peut être une «monument portatif» et utilise des «ruines», quand elle n’en est pas une elle-même (R. Kennedy à propos de la Sierra Leone). Les mots gravés sur les murs d’une cellule racontent des histoires. Les gribouillages sur du papier à cigarettes, des serviettes de tables, dans les marges de manuels ou de cahiers d’école qui témoignent de tentatives d’organiser une résistance contre l’oubli sont peut-être plus proches de ruines. En outre, l’écriture sert, aussi, de forum, de lieu où les idées et les souvenirs sont échangés, discutés et interprétés, mais pas nécessairement fixés. Elle est, alors, plus proche de l’histoire où il s’agit de se tenir à distance d’une «perspective engagée» (J.W.Wertsch, 2002). Mais l’écriture peut aussi être une loupe sur des formes de violence et une réflexion sur les concepts de pardon et de justice.

Le colloque se concentra sur l’étude comparée des littératures écrites dans le sillage de la violence et sur leur rôle dans l’après-coup des conflits. On envisagera la façon dont les textes littéraires contribuent aux discours plus globaux sur la justice transitionnelle, l’examen de l’histoire et la réconciliation politique et sociale ; on s’intéressera aussi à la manière dont la littérature a permis de critiquer la normativité des « récits humanitaires » produits dans le cadre de la justice transitionnelle et même l’idéologie de la réconciliation, ou à chercher à restituer, par la parole littéraire, la dimension ineffable de l’extrême violence ou de la torture. Lors du colloque, on cherchera à explorer ces questions à partir de disciplines diverses et de situations spécifiques. On s’attachera à une perspective multi disciplinaire visant à permettre le dialogue entre les chercheurs en études littéraires, études politiques, droit et philosophie et des écrivains aussi bien que des acteurs culturels. Nous nous attacherons à des études de cas : Espagne, Argentine, Tunisie, Afrique du Sud, Cambodge, Algérie, Colombie, etc. Le colloque aura une dimension comparatiste ; il se signalera aussi par son interaction avec les contextes extra littéraires (rhétorique, droit, sociologie, politique, histoire).

Ce colloque prend place dans le programme de travail du réseau international «Littérature et démocratie (XIXe-XXIe siècles) : Approches théoriques, historiques et comparatives», GDRI soutenu par le CNRS. Il est co-organisé par Saint-John’s College, la Maison Française d’Oxford et Oxford Comparative Criticism and Translation network (OCCT).

 

Les communications d’une durée de 30 minutes pourront avoir lieu en français, en anglais ou en espagnol
Comité scientifique :
Agnès Delage (Aix Marseille Université), Mohamed-Salah Omri (St John’s College,
Oxford) et Philippe Roussin (CRAL, CNRS-EHESS)

Nous prions les membres du réseau qui souhaitent présenter une communication dans le
cadre de ce colloque de bien vouloir nous adresser pour le dimanche 7 JANVIER 2018 au plus tard un titre et un résumé de 300 mots à
mohamed-salah.omri@orinst.ox.ac.uk
ou à roussin@ehess.fr
ou à agnes.delage@gmail.com 

Fichier pdf : Appel à communication Colloque Oxford 18-20 mars 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.