AàC I Littérature et crises de la démocratie I Madrid I 25-26 mai 2020

GDRI CNRS  LITERATURE AND DEMOCRACY (XIXTH- XXI St CENTURIES) : THEORETICAL, HISTORICAL AND COMPARATIVE APPROACHES

Appel à communications pour le colloque international “Littérature et crises de la démocratie” 25-26 mai 2020 / Université Autonome de Madrid (UAM) / Casa de Velázquez / Madrid

Comité Scientifique

Agnès Delage (Aix Marseille Université), Jesus Izquierdo (Universidad Autónoma de Madrid) et Philippe Roussin (CRAL, CNRS-EHESS)

Brève présentation de 10 lignes max à retourner AVANT LE 20 DÉCEMBRE 2019 à

Agnès Delage : agnes.delage@gmail.com, Jesus Izquierdo : jesus.izquierdo@uam.es, Philippe Roussin : philippe.roussin@ehess.fr

TÉLÉCHARGER L’APPEL DÉTAILLÉ (PDF)

L’ampleur et le poids nouveaux de la crise des démocraties actuelles ont appelé des diagnostics qui en soulignent la gravité sans précédent. Outre la menace d’un « retour des années 30 », il s’agirait bien d’une mutation décisive du néo-libéralisme actuel, qui produirait une « sortie de la démocratie ». Désormais vidée de sa substance, la démocratie serait paradoxalement entrée en régime de « dé-démocratisation » selon W. Brown, voire dans une phase de « post-démocratie ». Cet âge de l’après, qui est celui des démocraties « illibérales », voire des « démocratures autoritaires », semble se structurer autour d’un vide central, puisque la démocratie apparaît dorénavant « sans le peuple », c’est-à-dire privée de son sujet politique collectif et de l’expression plurielle des subjectivités démocratiques. Toutefois, sous la pression d’une prise de conscience récente des dangers immédiats d’une crise climatique globale, c’est la nécessité de nouveaux engagements collectifs qui s’impose et qui fait surgir de nouveaux imaginaires et de nouvelles représentations des biens communs.

Lorsque les représentations, les modes de délibération et d’expression démocratiques sont à ce point en crise, la littérature participe encore plus directement à cette mise en tension et à la reconfiguration des significations imaginaires communes. Cependant, comment les récits littéraires peuvent-il intervenir dans un cadre discursif public désormais essentiellement dominé, comme l’a dit Manuel Castells par des dispositifs de mass self communication, communication individuelle de masse ? Comment le champ littéraire récent prend-il acte de nouvelles formes d’intervention publiques du « peuple » ?

De nombreux auteurs contemporains prennent position et revendiquent l’urgence démocratique de la littérature en temps de crise. La littérature contemporaine explore alors de nouvelles voies pour réinventer et réinstaurer des régimes de visibilité démocratique et de communauté. Les vulnérabilités, mais aussi la capacité à agir ou à mettre en partage à partir de situations de fragilité, sont au centre de nouveaux champs d’études à la croisée entre littérature et sciences sociales. Ils ouvrent de nouvelles lignes de partage de la parole démocratique dans le champ littéraire, tout en s’inscrivant dans une histoire longue.

Notre colloque propose de prendre pour point de départ les formes contemporaines de l’engagement littéraire en contexte de crise. « Documenter le réel », « faire mémoire », c’est-à-dire donner ou rendre la parole, qui semblent aujourd’hui les paradigmes dominants dans le champ littéraire contemporain peuvent ainsi faire l’objet d’approches contrastives et critiques. Ils répondent à la fonction même de la littérature, mais on doit aussi se demander s’ils ne trahissent pas aussi un déficit de réflexivité et une absence de l’imagination littéraire considérée comme élément de la rationalité publique ou comme imagination publique. Il s’agira alors d’observer comment ce type d’imaginaires littéraires qui organisent des formes de défense d’idéaux démocratiques peuvent générer parfois des modalités complexes d’élision du sens historique et des conflits politiques.

La littérature contemporaine peut aussi prendre un parti radicalement critique contre la démocratie et questionner le principe même de la représentation démocratique, comme le fait par exemple en France, Michel Houellebecq. Enfin, il faudra prendre en compte un contexte général que Martha Nussbaum a appelé un régime « crise silencieuse » du fait littéraire lui-même : la mise en question de la valeur de la littérature comme fiction d’apprentissage démocratique ou de sa capacité à figurer une communauté d’égaux.

Ces possibles actuels de l’intervention de la littérature dans ce que Manuel Vázquez Montalbán  appelait « la construction de la cité démocratique » feront l’objet d’une réflexion commune, menée par les chercheurs du GDRI Littérature et démocratie.

Principaux axes de réflexion :

  • Dire la crise démocratique
  • La littérature comme engagement démocratique
  • La littérature contemporaine et l’imaginaire commun
  • Approches critiques des paradigmes contemporains
  • Quels écrivains contre la démocratie ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.